le ventre de pierre !

Nous sommes les produits bien tardifs d’un univers qui a passé le plus clair de son temps à exister sans nous

Etienne Klein, in le Facteur ne sonne jamais deux fois

gare centrale de Berne, Suisse, début des années 1980.

Cette photo, que j’ai prise alors que je ne devais avoir qu’environ 14 ans, n’en finit pas de m’intriguer.

Qu’y avait-il dans la tête de cet adolescent un peu solitaire pour photographier ce texte (Jésus-Christ dit : je suis la lumière du monde) tellement en contradiction avec ce monde souterrain de silhouettes à peine humaines et d’ombres ? Juste un truc de photographe, des millions de fois exploité, ou une réflexion plus profonde sur l’humanité ? Les deux ?

De cette image, ne reste qu’un tirage en mauvais état, que j’ai scanné tant bien que mal. La cliché d’origine devait déjà être extrêmement pâle.

Laisser un commentaire